Direct la continut

Maternologia


La grossesse est un chemin

 

Descente ou remontée, la grossesse est un chemin. On va au plus profond et on remonte à soi. Mais, comme sur tout chemin, il y a des arrêts ou des embûches.

Des arrêts, d’abord. Qu’une grossesse débute, qu’une fécondation ait eu lieu, ne signifient pas que la femme puisse ou souhaite faire à ce moment-là tout le chemin. Elle peut s’arrêter en cours de route, craindre ou ne pas désirer aller jusque dans ces entrailles de soi, s’effrayer de revenir là d’où elle vient ou, simplement, être rassurée d’avoir constaté que le chemin lui est ouvert, pour plus tard, quand elle le voudra. Quoi qu’il en soit, si on comprend qu’être enceinte est comme un chemin allant jusqu’aux propre origines du sujet et jusqu’à son être le plus enfoui, il devient évident que la femme peut mettre fin à sa grossesse de manière directe ou indirecte, c’est-à-dire par la fausse couche ou l’avortement.

Qui jugerait seulement de la grossesse en termes obstétricaux se tromperait lourdement. De même, ce qui ne la voient qu’en fonction de l’enfant, de son droit à vivre et à venir au monde oublient ou ignorent que la venue de l’enfant ne peut être réellement préparée que si la mère s’est effectivement engagée sur le chemin qui va au plus profonde d’elle. A l’horizon c’est non seulement elle-même qui a du s’apparaître mais l’enfant qu’elle fut et qui en train de prendre la forme d’un autre l’enfant: celui qu’elle va se mettre au monde.

Ainsi, le chemin de la grossesse est une descente au bout de laquelle se produit un substitution d’enfant. Il faut entendre ce terme comme une opération essentielle effectuée par l’inconscient: l’enfant en quoi se retrouve la mère se change en enfant de la mère. Du coup, la femme devient mère d’avoir cet enfant, d’effectuer cette transformation de soi-même en enfant issu de soi; ce n’est pas l’instinct ou un quelconque programme qui fait la mère, mais l’échange qui se sera accompli en elle. La mère est une femme qui peut aimer son origine perdue dans un enfant trouvé.

Source: Jean-Marie Delassus, «Devenir mère», ed. Dunod, Paris, 1998